Le blog de Tribu-snorkeling

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 22 août 2009

Voyageons autrement

MAL06_107___.jpg On peut souvent mieux juger de ce que l’on connaît. En Haute-Corse cet été, l’affluence de visiteurs aura été très importante et nombre de sites avaient atteint le taux d’occupation humaine maximum. Et la nature qui n’en peut mais, s’accommode des fortes activités humaines. Alors je suis comme beaucoup d’entre vous, je cherche toujours un endroit caché où je pourrais retrouver une nature tranquille, peu souillée par les déchets de la société de consommation, où la vie semble s’épanouir normalement. Où je pourrais participer un peu au tableau général, sans trop déranger voire même en veillant à l’équilibre ou à la protection du lieu et de ses habitants. C’est dans cette optique que nous avons conçu l’échange avec le site http://www.voyageons-autrement.com/ Consacré à des modes alternatifs de voyage, ce site est un excellent point de départ pour entamer une recherche sur les parcs naturels, les organisations et les associations de protection de l’environnement, les espèces en danger ou les dernières conventions consacrées à l’environnement, des cartes précises ou des adresses de professionnels adhérents à des labels ou à des chartes. Bref, mille pistes pour envisager un tourisme plus durable ou confronter ses doutes à l’exhaustive exposition des différents acteurs du tourisme solidaire, durable ou responsable, sans oublier l’écovolontariat et l’écotourisme.

Tribu Snorkeling contribue donc sur le site en apportant quelques nouvelles informations. D’une part donner une définition de notre activité de prédilection : http://www.voyageons-autrement.com/snorkeling

D’autre part donner l’audience la plus grande possible aux éco-gestes en reproduisant les articles de cette rubrique à l’attention des voyageurs de tous bords : http://www.voyageons-autrement.com/snorkeling-ecogestes.html

Chacun apportant sa briquette dans la fabrication de la toile tentaculaire, un peu d’écogestes et de snorkeling ne fera de mal à personne.

PS Apparition de quelques méduses pélagies sur la côte est du Cap Corse. Facilement repérables et en petite forme mais encore urticantes.

mercredi 8 avril 2009

Destination snorkeling

Un petit tour de France nous a permis de vérifier que l’on ne se connecte pas toujours facilement au web. Voilà un résumé un peu tardif de nos aventures. Tout d’abord Paris : notre présence au salon « Destination Nature » a suscité beaucoup de curiosité, la randonnée palmée est à la fois peu connue du grand public, perçue comme difficile à pratiquer (certains visiteurs étaient persuadés qu’ils finiraient avec une bouteille sur le dos ! ) et nécessitant une grande aquacité naturelle. Nous reviendrons l’année prochaine, avec un plus grand stand, pour convaincre de la simplicité de l’apprentissage, de la liberté et du plaisir que procure la balade aquatique.

Nous avons rencontré des lecteurs avec lesquels nous avons débattu de nos projets d’avenir. Mais aussi, heureuse surprise, des passionnés de snorkeling qui prenaient notre stand pour celui d’un voyagiste. Après des excursions en compagnie de plongeurs en scaphandre qui n’avaient pu les satisfaire complètement, ils étaient heureux de trouver un voyagiste spécialisé. Leur déception se transformait en intérêt lorsqu’ils comprenaient qu’à défaut de vendre des voyages, nous essayions d’actualiser et de rechercher toutes les prestations connues s’adressant spécifiquement au snorkeleur. D’en faire un bilan et une présentation la plus précise possible. Qu’in fine, nous avions participé à la création du forum « passion snorkeling » pour que les snorkeleurs puissent comparer leurs expériences, valider ou modifier les informations que nous transmettons. Les randonneurs et autres adeptes de sports de nature ont une approche généralement pragmatique et jouissive de leur discipline (pratiques polymorphes, souci de l’environnement, le milieu naturel est le centre d’intérêt principal, source de plaisir, la pratique sportive est un outil, un moyen). Beaucoup de rencontres et d’idées nouvelles pour les prochains numéros du magazine.

Trois jours plus tard, nous étions à Argelès pour l’inauguration des « Enfants de la mer », manifestation parrainée par Yann Arthus-Bertrand et Maud Fontenoy : 6 mois d’activités et d’actions pour sensibiliser les enfants des Pyrénées-Orientales à leur environnement direct. Une exposition magnifie les fastes de la nature sur les bords de mer, c’est le lieu symbolique pour couper le ruban de cette action pédagogique et fédératrice. En immortalisant l’instant, je m’interroge sur la portée réelle de cette mobilisation. Qu’importe : montrer, expliquer, sans perdre haleine. Il en restera quelque chose. Mes convictions d’aujourd’hui ne sont-elles pas simplement les fruits de mes émerveillements d’antan ? Julien Collet

samedi 14 mars 2009

La série noire continue en Australie !

Après les incendies et les inondations dévastateurs de ces dernières semaines, l’Australie connaît une nouvelle catastrophe ; direction l’océan cette fois-ci, au large du Queensland (côte nord-est). Mercredi, le cargo Pacific Adventurer a perdu en mer 31 conteneurs de nitrate d’ammonium (sur les 60 de sa cargaison) ; les autorités sont toujours à leur recherche. Pour couronner le tout, les conteneurs auraient percé le réservoir du navire dans leur chute ( !) - la mer était très agitée en raison du cyclone « Hamish » -, entrainant une importante fuite de fioul. La marée noire touche déjà près de 60 km de côtes, sur la Sunshine coast, Moreton Island et Bribie Island. Les autorités ont déclaré hier la zone en état de catastrophe. Et les équipes de nettoyage des plages sont déjà à pied d’œuvre... Concernant les 620 tonnes de nitrate d’ammonium qui se baladent en mer, une fuite des conteneurs est une hypothèse à craindre. Elle pourrait entraîner une importante prolifération d’algues (le nitrate d’ammonium est utilisé comme engrais azoté, et il est très soluble) et affecter durablement les milieux et espèces… Les conteneurs pourraient aussi couler et ne jamais être retrouvés ; il y avait tout de même 200 m de fond quand ils sont passés par dessus bord. Pour continuer, bien tranquilles au fond de l’océan, à diffuser lentement…

jeudi 12 mars 2009

Appel à la mobilisation pour la protection des requins en Nouvelle-Calédonie !

L’Assemblée de la Province Sud, qui devait voter le 18 février dernier l’inscription des requins sur la liste des espèces protégées de Province Sud, a créé la surprise autant que la déception chez les élus et les acteurs de la protection de l’environnement. Aucune mesure n’a été adoptée en faveur des requins, malgré les demandes soutenues des associations, alors que le projet initial prévoyait, parmi d’autres mesures de sauvegarde de l’environnement, le classement de l’ensemble des requins au tableau des espèces protégées… Une décision d’autant plus incompréhensible au moment où la Commission européenne publie un Plan d’action pour la sauvegarde et la gestion des requins (lire sur notre page news), et que les lagons et les récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie sont inscrits depuis l’an dernier au Patrimoine mondial de l’Unesco !
L’association Nouvelle-Calédonie Plongée, qui regroupe les centres de plongée professionnels de l’île, envisage un recours auprès du Bureau de l’Assemblée de Province. Vous pouvez l’aider dans cette action et porter votre voix à sa demande d’amendement.
En lui écrivant : Nouvelle-Calédonie Plongée, Association des centres de plongée professionnels, BP 77 - 98815 Hienghène.
E-mail : contact@nouvellecaledonieplongee.com ; www.nouvellecaledonieplongee.com
En signant la pétition mise en ligne sur www.longitude181nature.com