Le blog de Tribu-snorkeling

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 7 septembre 2009

Le groupe des passionnés

Bina De Angelis, l’une de nos fidèles lectrices, a décidé de créer un groupe « Tribu Snorkeling » sur Facebook®, il est dédié aux «mordus de snorkeling (plongée palmes masque et tuba) et pour vous faire découvrir le magazine indispensable pour les fans!!!! »

http://www.facebook.com/group.php?gid=126798684960

Cette surprise nous a fait plaisir à plus d’un titre : la suave satisfaction d’avoir des lecteurs heureux et prosélytes, l’assurance de connaître des alliés pour mieux faire connaître le snorkeling, la joie de voir notre jeune magazine mis en avant et l’espoir de rencontrer de nouveaux lecteurs.

Après bientôt deux années d’existence, une partie de nos paris se sont réalisés : créer des points de rencontre (avec notre participation au forum Passion Snorkeling), centraliser le maximum d’informations concernant l’essor de la randonnée palmée, rendre compte de l’essentiel de l’actualité environnementale et, bien sûr, fédérer un ensemble de passionnés…

Tout cela n’aurait pu être possible sans des lectrices engagées, convaincues, comme Bina, que palmes, masque et tuba suffisent à explorer les océans. ©Bina

mercredi 12 août 2009

Eau chaude et mer calme dans le Cap Corse.

Balade à Sette Nave, une exclusivité de Tribu Snorkeling numéro 6!

Des conditions de rêve et de très nombreux snorkeleurs le long des côtes du Cap Corse depuis le début du mois. Les méduses sont très rares et l'eau atteint 25 degrés...

Chaque balade est l'occasion de ramener quelques morceaux de plastique mais finalement les effets pervers du tourisme sont, ici, moins sévères que dans le reste de l'île. Et plus on monte vers le nord du Cap moins les jet-skis se font vrombissant.

On devrait créer des circuits, des zones déterminées pour ces passionnés de mécanique. Le hurlement des moteurs est un supplice pour celui qui cherche à savourer le calme sur et sous-marin, (probablement aussi un sacré stress pour les poissons).

Où que vous soyez, n'oubliez pas votre bouée et votre fanion réglementaire (on ne le dira jamais assez)!

mercredi 4 mars 2009

Snork Blog

Le snork. Comme diminutif de « snorkeling », version francisée et branchée. Pourquoi pas ? Comme je l’ai déjà écrit dans les pages de Tribu Snorkeling, peu importe l’appellation, seule compte la crique ensoleillée. Et justement, la crique en bas de chez moi fait les frais des grosses tempêtes de l’hiver : le système de collecte des eaux usées a subi de graves dégâts et désormais, tout se déverse directement dans le bassin du port. La digue, qui était un parcours de balade magnifique, très vivant, me semble désormais moins excitante. Je vais devoir me déplacer plus loin, même si j’ai un besoin pressent d’immersion. L’avenir va être à une consommation plus locale, que ce soit pour les tomates ou les loisirs. Il va falloir s’occuper avec davantage de soin de nos petites girelles ou du laminaire en bas de la maison : non plus pour un hypothétique intérêt commun mais pour notre plaisir égoïste. Finalement, il y a plus de chances que cela fonctionne. Au hasard de mes dernières lectures, j’apprends qu’une machine a été mise au point pour ausculter le sonar des dauphins échoués, que le poisson napoléon est menacé de disparition imminente, principalement à cause des aquariophiles, qu’EDF va tester des turbines sous-marines marémotrices, qu’un Grenelle de la mer est annoncé mais aussi que choisir le poisson que l’on mange va de plus en plus influer directement sur l’ambiance de notre terrain de snork habituel. Que ce soit à Perros-Guirec, Sanary ou aux Touamotou. Une nouvelle macabre, lundi matin : 200 baleines - pilotes échouées en Tasmanie ; au vu des images, la machine à ausculter aurait été un peu dérisoire. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h40_5HRNmUloXViuRyDh1xYxiRBg Pour terminer sur mon humeur du jour, singulièrement joyeuse, cet hiver froid qui tire à sa fin aura été une bénédiction pour la santé des huîtres et des oursins. Peut-être même que la température basse de l’eau, descendue jusqu’à 12 degrés ici en Corse, inhibera l’apparition des méduses cet été. Les méduses sont parfois moyennement snork.