Le blog de Tribu-snorkeling

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 7 septembre 2009

Le groupe des passionnés

Bina De Angelis, l’une de nos fidèles lectrices, a décidé de créer un groupe « Tribu Snorkeling » sur Facebook®, il est dédié aux «mordus de snorkeling (plongée palmes masque et tuba) et pour vous faire découvrir le magazine indispensable pour les fans!!!! »

http://www.facebook.com/group.php?gid=126798684960

Cette surprise nous a fait plaisir à plus d’un titre : la suave satisfaction d’avoir des lecteurs heureux et prosélytes, l’assurance de connaître des alliés pour mieux faire connaître le snorkeling, la joie de voir notre jeune magazine mis en avant et l’espoir de rencontrer de nouveaux lecteurs.

Après bientôt deux années d’existence, une partie de nos paris se sont réalisés : créer des points de rencontre (avec notre participation au forum Passion Snorkeling), centraliser le maximum d’informations concernant l’essor de la randonnée palmée, rendre compte de l’essentiel de l’actualité environnementale et, bien sûr, fédérer un ensemble de passionnés…

Tout cela n’aurait pu être possible sans des lectrices engagées, convaincues, comme Bina, que palmes, masque et tuba suffisent à explorer les océans. ©Bina

samedi 22 août 2009

Voyageons autrement

MAL06_107___.jpg On peut souvent mieux juger de ce que l’on connaît. En Haute-Corse cet été, l’affluence de visiteurs aura été très importante et nombre de sites avaient atteint le taux d’occupation humaine maximum. Et la nature qui n’en peut mais, s’accommode des fortes activités humaines. Alors je suis comme beaucoup d’entre vous, je cherche toujours un endroit caché où je pourrais retrouver une nature tranquille, peu souillée par les déchets de la société de consommation, où la vie semble s’épanouir normalement. Où je pourrais participer un peu au tableau général, sans trop déranger voire même en veillant à l’équilibre ou à la protection du lieu et de ses habitants. C’est dans cette optique que nous avons conçu l’échange avec le site http://www.voyageons-autrement.com/ Consacré à des modes alternatifs de voyage, ce site est un excellent point de départ pour entamer une recherche sur les parcs naturels, les organisations et les associations de protection de l’environnement, les espèces en danger ou les dernières conventions consacrées à l’environnement, des cartes précises ou des adresses de professionnels adhérents à des labels ou à des chartes. Bref, mille pistes pour envisager un tourisme plus durable ou confronter ses doutes à l’exhaustive exposition des différents acteurs du tourisme solidaire, durable ou responsable, sans oublier l’écovolontariat et l’écotourisme.

Tribu Snorkeling contribue donc sur le site en apportant quelques nouvelles informations. D’une part donner une définition de notre activité de prédilection : http://www.voyageons-autrement.com/snorkeling

D’autre part donner l’audience la plus grande possible aux éco-gestes en reproduisant les articles de cette rubrique à l’attention des voyageurs de tous bords : http://www.voyageons-autrement.com/snorkeling-ecogestes.html

Chacun apportant sa briquette dans la fabrication de la toile tentaculaire, un peu d’écogestes et de snorkeling ne fera de mal à personne.

PS Apparition de quelques méduses pélagies sur la côte est du Cap Corse. Facilement repérables et en petite forme mais encore urticantes.

mercredi 12 août 2009

Eau chaude et mer calme dans le Cap Corse.

Balade à Sette Nave, une exclusivité de Tribu Snorkeling numéro 6!

Des conditions de rêve et de très nombreux snorkeleurs le long des côtes du Cap Corse depuis le début du mois. Les méduses sont très rares et l'eau atteint 25 degrés...

Chaque balade est l'occasion de ramener quelques morceaux de plastique mais finalement les effets pervers du tourisme sont, ici, moins sévères que dans le reste de l'île. Et plus on monte vers le nord du Cap moins les jet-skis se font vrombissant.

On devrait créer des circuits, des zones déterminées pour ces passionnés de mécanique. Le hurlement des moteurs est un supplice pour celui qui cherche à savourer le calme sur et sous-marin, (probablement aussi un sacré stress pour les poissons).

Où que vous soyez, n'oubliez pas votre bouée et votre fanion réglementaire (on ne le dira jamais assez)!

Plus de liberté, plus de dégâts

Dans le numéro 2 de Tribu Snorkeling, l’article « Nul n’est censé faire n’importe quoi » (consultable sur le site) avait pout but de vous informer sur les lois régissant, en France, la pratique de la pêche sous-marine. Pour en connaître les droits et les devoirs mais surtout les interdictions (cueillette des oursins en été, pratiquer avant l’âge de 16 ans, capture de poissons ne justifiant pas d’une taille suffisante etc.). Nous vous signalions alors que la pratique de ce type de pêche nécessitait de pouvoir présenter une assurance ad hoc accompagnée d’un récépissé de déclaration aux Affaires maritimes (à renouveler chaque année) ou bien de s’affilier à une fédération sportive, la licence devenant alors le document officiel à présenter. Le récent « Grenelle de la mer », organisé par le gouvernement, s’est donné de très nombreuses directions de travail. L’une d’entre elles vise à homogénéiser les législations européennes concernant les pêches de loisirs.

Le 18 juin 2009, le décret s’appliquant à la pêche sous-marine a été modifié (voir le texte ci-après): il n’est plus nécessaire de faire une déclaration aux Affaires maritimes ni d’être en possession d’une quelconque licence sportive.

Même si le texte n’apporte pas de précision à ce sujet, nous vous conseillons de récupérer auprès de votre assureur l’attestation de couverture concernant la « plongée sous-marine » (terme générique).

Si je vous informe avec tant de zèle, c’est bien parce que ces lois sont largement méconnues ! Et ce dernier décret ne fera qu’éloigner le public des sources d’informations : seule une visite aux Affaires maritimes ou dans un club sportif permet de connaître les interdictions et les lois spécifiques à chaque canton de pêche. En ce moment nous sommes presque quotidiennement dans l’eau et nous croisons chaque jour de jeunes enfants (moins de 10 ans) armés d’arbalètes, nous croisons chaque jour des pêcheurs à la ceinture garnie de poissons n’ayant pas atteint la taille légale de capture, nous croisons chaque jour des pratiquants sans bouées de signalisation, d’autres cueillant des oursins...

Mise en danger de mineurs, mise en danger de la faune proche de la surface, mise en danger des pratiquants.

Ce rappel n’est pas très glamour en plein mois d’août, je me rattraperai au plus vite !

Julien Collet

Article 4 Modifié par Décret n°2009-727 du 18 juin 2009 - art. 1

I. - L'exercice de la pêche sous-marine est interdit aux personnes âgées de moins de seize ans. II. - L'usage, pour la pêche sous-marine de loisir, de tout équipement respiratoire, qu'il soit autonome ou non, permettant à une personne immergée de respirer sans revenir à la surface est interdit. Sauf dérogation accordée par le préfet, la détention simultanée à bord d'un navire ou embarcation d'un équipement respiratoire ainsi défini et d'une foëne ou d'un appareil spécial pour la pêche sous-marine est interdite. Sont interdits les engins de pêche sous-marine dont la force propulsive développée est empruntée au pouvoir détonant d'un mélange chimique ou à la détente d'un gaz comprimé, sauf si la compression de ce dernier est obtenue par l'action d'un mécanisme manoeuvré par le seul utilisateur. III. - Il est interdit aux pêcheurs sous-marins : - d'exercer la pêche sous-marine entre le coucher et le lever du soleil ; - de s'approcher à moins de 150 mètres des navires ou embarcations en pêche ainsi que des engins de pêche signalés par un balisage apparent ; - de capturer les animaux marins pris dans les engins ou filets placés par d'autres pêcheurs ; - de faire usage, pour la pêche sous-marine, d'un foyer lumineux ; - d'utiliser, pour la capture des crustacés, une foëne ou un appareil spécial pour la pêche sous-marine ; - de tenir chargé hors de l'eau un appareil spécial pour la pêche sous-marine. IV. - Toute personne pratiquant la pêche sous-marine de loisir doit signaler sa présence au moyen d'une bouée permettant de repérer sa position et dont les caractéristiques sont fixées par arrêté du ministre chargé des pêches maritimes.

mercredi 8 avril 2009

Destination snorkeling

Un petit tour de France nous a permis de vérifier que l’on ne se connecte pas toujours facilement au web. Voilà un résumé un peu tardif de nos aventures. Tout d’abord Paris : notre présence au salon « Destination Nature » a suscité beaucoup de curiosité, la randonnée palmée est à la fois peu connue du grand public, perçue comme difficile à pratiquer (certains visiteurs étaient persuadés qu’ils finiraient avec une bouteille sur le dos ! ) et nécessitant une grande aquacité naturelle. Nous reviendrons l’année prochaine, avec un plus grand stand, pour convaincre de la simplicité de l’apprentissage, de la liberté et du plaisir que procure la balade aquatique.

Nous avons rencontré des lecteurs avec lesquels nous avons débattu de nos projets d’avenir. Mais aussi, heureuse surprise, des passionnés de snorkeling qui prenaient notre stand pour celui d’un voyagiste. Après des excursions en compagnie de plongeurs en scaphandre qui n’avaient pu les satisfaire complètement, ils étaient heureux de trouver un voyagiste spécialisé. Leur déception se transformait en intérêt lorsqu’ils comprenaient qu’à défaut de vendre des voyages, nous essayions d’actualiser et de rechercher toutes les prestations connues s’adressant spécifiquement au snorkeleur. D’en faire un bilan et une présentation la plus précise possible. Qu’in fine, nous avions participé à la création du forum « passion snorkeling » pour que les snorkeleurs puissent comparer leurs expériences, valider ou modifier les informations que nous transmettons. Les randonneurs et autres adeptes de sports de nature ont une approche généralement pragmatique et jouissive de leur discipline (pratiques polymorphes, souci de l’environnement, le milieu naturel est le centre d’intérêt principal, source de plaisir, la pratique sportive est un outil, un moyen). Beaucoup de rencontres et d’idées nouvelles pour les prochains numéros du magazine.

Trois jours plus tard, nous étions à Argelès pour l’inauguration des « Enfants de la mer », manifestation parrainée par Yann Arthus-Bertrand et Maud Fontenoy : 6 mois d’activités et d’actions pour sensibiliser les enfants des Pyrénées-Orientales à leur environnement direct. Une exposition magnifie les fastes de la nature sur les bords de mer, c’est le lieu symbolique pour couper le ruban de cette action pédagogique et fédératrice. En immortalisant l’instant, je m’interroge sur la portée réelle de cette mobilisation. Qu’importe : montrer, expliquer, sans perdre haleine. Il en restera quelque chose. Mes convictions d’aujourd’hui ne sont-elles pas simplement les fruits de mes émerveillements d’antan ? Julien Collet

samedi 14 mars 2009

La série noire continue en Australie !

Après les incendies et les inondations dévastateurs de ces dernières semaines, l’Australie connaît une nouvelle catastrophe ; direction l’océan cette fois-ci, au large du Queensland (côte nord-est). Mercredi, le cargo Pacific Adventurer a perdu en mer 31 conteneurs de nitrate d’ammonium (sur les 60 de sa cargaison) ; les autorités sont toujours à leur recherche. Pour couronner le tout, les conteneurs auraient percé le réservoir du navire dans leur chute ( !) - la mer était très agitée en raison du cyclone « Hamish » -, entrainant une importante fuite de fioul. La marée noire touche déjà près de 60 km de côtes, sur la Sunshine coast, Moreton Island et Bribie Island. Les autorités ont déclaré hier la zone en état de catastrophe. Et les équipes de nettoyage des plages sont déjà à pied d’œuvre... Concernant les 620 tonnes de nitrate d’ammonium qui se baladent en mer, une fuite des conteneurs est une hypothèse à craindre. Elle pourrait entraîner une importante prolifération d’algues (le nitrate d’ammonium est utilisé comme engrais azoté, et il est très soluble) et affecter durablement les milieux et espèces… Les conteneurs pourraient aussi couler et ne jamais être retrouvés ; il y avait tout de même 200 m de fond quand ils sont passés par dessus bord. Pour continuer, bien tranquilles au fond de l’océan, à diffuser lentement…

jeudi 12 mars 2009

Appel à la mobilisation pour la protection des requins en Nouvelle-Calédonie !

L’Assemblée de la Province Sud, qui devait voter le 18 février dernier l’inscription des requins sur la liste des espèces protégées de Province Sud, a créé la surprise autant que la déception chez les élus et les acteurs de la protection de l’environnement. Aucune mesure n’a été adoptée en faveur des requins, malgré les demandes soutenues des associations, alors que le projet initial prévoyait, parmi d’autres mesures de sauvegarde de l’environnement, le classement de l’ensemble des requins au tableau des espèces protégées… Une décision d’autant plus incompréhensible au moment où la Commission européenne publie un Plan d’action pour la sauvegarde et la gestion des requins (lire sur notre page news), et que les lagons et les récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie sont inscrits depuis l’an dernier au Patrimoine mondial de l’Unesco !
L’association Nouvelle-Calédonie Plongée, qui regroupe les centres de plongée professionnels de l’île, envisage un recours auprès du Bureau de l’Assemblée de Province. Vous pouvez l’aider dans cette action et porter votre voix à sa demande d’amendement.
En lui écrivant : Nouvelle-Calédonie Plongée, Association des centres de plongée professionnels, BP 77 - 98815 Hienghène.
E-mail : contact@nouvellecaledonieplongee.com ; www.nouvellecaledonieplongee.com
En signant la pétition mise en ligne sur www.longitude181nature.com

mercredi 4 mars 2009

Snork Blog

Le snork. Comme diminutif de « snorkeling », version francisée et branchée. Pourquoi pas ? Comme je l’ai déjà écrit dans les pages de Tribu Snorkeling, peu importe l’appellation, seule compte la crique ensoleillée. Et justement, la crique en bas de chez moi fait les frais des grosses tempêtes de l’hiver : le système de collecte des eaux usées a subi de graves dégâts et désormais, tout se déverse directement dans le bassin du port. La digue, qui était un parcours de balade magnifique, très vivant, me semble désormais moins excitante. Je vais devoir me déplacer plus loin, même si j’ai un besoin pressent d’immersion. L’avenir va être à une consommation plus locale, que ce soit pour les tomates ou les loisirs. Il va falloir s’occuper avec davantage de soin de nos petites girelles ou du laminaire en bas de la maison : non plus pour un hypothétique intérêt commun mais pour notre plaisir égoïste. Finalement, il y a plus de chances que cela fonctionne. Au hasard de mes dernières lectures, j’apprends qu’une machine a été mise au point pour ausculter le sonar des dauphins échoués, que le poisson napoléon est menacé de disparition imminente, principalement à cause des aquariophiles, qu’EDF va tester des turbines sous-marines marémotrices, qu’un Grenelle de la mer est annoncé mais aussi que choisir le poisson que l’on mange va de plus en plus influer directement sur l’ambiance de notre terrain de snork habituel. Que ce soit à Perros-Guirec, Sanary ou aux Touamotou. Une nouvelle macabre, lundi matin : 200 baleines - pilotes échouées en Tasmanie ; au vu des images, la machine à ausculter aurait été un peu dérisoire. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h40_5HRNmUloXViuRyDh1xYxiRBg Pour terminer sur mon humeur du jour, singulièrement joyeuse, cet hiver froid qui tire à sa fin aura été une bénédiction pour la santé des huîtres et des oursins. Peut-être même que la température basse de l’eau, descendue jusqu’à 12 degrés ici en Corse, inhibera l’apparition des méduses cet été. Les méduses sont parfois moyennement snork.